LE TEMPLE INTERIEUR

Vers la Reculée des Monts de Vaux-sur-Poligny (Jura). Cliché : Août 2019.

 

LE TEMPLE INTĖRIEUR

 

 

Vingt-six années de suivi des prophéties crédibles - de tous les bords et de toutes les sensibilités métagnomiques – m'ont laissé entrevoir qu'un jour les églises, les mosquées, les synagogues et les temples pourraient être fermés, voire détruits. Jusqu'à maintenant ils sont les supports de croyances -et non de la spiritualité. La véritable spiritualité est le contact direct de l'homme avec Dieu (Yahvé, Allah) quel que nom que l'on puisse Lui donner. D'ailleurs Iéshoua' (en Mathieu, 5,6) nous dévoile le scénario de la vraie prière : « Quand tu veux prier, entre dans ta chambre , ferme la porte et prie ton Père dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra ».  Ailleurs il nous avertit qu'un jour nous ne prierons plus dans le temple mais en esprit et vérité. Nous sommes arrivés à la ligne de départ d'une évolution mentale et spirituelle, qui va nous lâcher sur un marathon drastique en nous secouant corps et âme. En préparation à cette course désenvoûtante et rédemptrice vers les sommets sereins du Monde Nouveau, la Science nous assène quelques vérités dopantes. Déjà par la médecine indienne (Ayurvéda) : « C'est la croyance qui créé la biologie » (Norman Cousins cité par Deepak Chopra  - références en bas de l'article). Quelle implication « biologique » sur certaines manifestations physiques de la foi ? Prenons le cas de ces jeunes filles entrées en religion dans un austère couvent catholique, et qui veulent mourir pour le Christ. Citons le cas de Thérèse Martin et d'Elisabeth Catez qui moururent avant la trentaine. Que se passa-t-il dans le corps de la future sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et dans celui de la future sainte Elisabeth de la Trinité ? Elles le programmèrent par une pensée intense ; or, partout où va la pensée, une substance chimique l'accompagne. Leurs cellules enregistrèrent le message en se modifièrent d'une façon morbide. Ce phénomène est, de nos jours, couramment admis par la psychosomatique.

Nous voyons que les temples extérieurs ont leurs supercheries pour conditionner et parquer leurs fidèles, en les maintenant sous dépendance par des mensonges, au profit de l'escarcelle des  marchands de ces temples. Or Dieu n'est pas un mobile commercial. Il n'est pas la propriété exclusive des boutiquiers de la foi. Au nom de Iéshoua' des saints assassins ont déclenché le génocide des Croisades et celui de l'Inquisition. Et on les canonisa !... Au IIIème siècle, les Evangiles furent falsifiés en vue de l'imposition de textes canoniques assurant le pouvoir d'hommes d'églises sur la multitude des âmes fragiles. Nous en sommes, actuellement, arrivés à la banque du Vatican cinq étoiles. Et ce n'est pas fini...

J'affectionne cet acte de foi de l'Islam : « Il n'y a de dieu que Dieu ! » Un seul Dieu. Et plusieurs religions concurrentes se volant le chaland. Ainsi donc, par exemple, l'on peut entendre - de la bouche fumante de malédictions de certains clercs extrémistes - que les Protestants et les Musulmans iront en enfer car ils ne se confessent pas...Le véritable œcuménisme n'est pas d'inciter les partenaires ecclésiaux à une synthèse de la foi, mais de laisser tout un chacun tranquille dans son église, sa mosquée, sa synagogue ou son temple. Récemment, je tombe en arrêt, de ma lecture investigatrice, sur un enseignement de la Reine des Prophètes – le Vierge Marie mère de Iéshoua' :

« ...Il y a beaucoup de demeures dans le Royaume du Père. Regarde, aujourd'hui tu vas voir l'une d'entre elles. Dans celle-ci, ma fille, se trouvent, bien qu'avec une visibilité moindre, ceux qui sont adeptes d'autres doctrines, croient en un seul Dieu et respectent les lois du Père, même s'ils n'ont pas part à la demeure des vrais chrétiens et s'ils vivent avec une visibilité moindre que les autres. Mais regarde, ma fille, ils sont heureux eux aussi ; ils vivent parmi de nombreuses armées d'anges qui voltigent au-dessus d'eux ». (« L'Escorial, Messages 1992-1998 » Association Vierge des Douleurs du Pré neuf de l'Escorial – 2006).

Bien des signes, donc – voire des avertissement de l'Autre Dimension – nous exhortent à fuite les temples extérieurs de pierres destinés à la destruction. Je cède le mot de la fin à Olivier Manitara : « La loi de Dieu n'a rien à voir avec les religions fabriquées, les croyances aveugles, le fanatisme, les préjugés... Elle est la loi naturelle, la parole de vie qui s'exprime à travers la nature. La nature est l'église de Dieu et toutes ses lois sont ses anges qui accomplissent sa volonté ». (Opus citus en références).

 

- « Quand la Conscience s'éveille » - Anthony de Mello – Albin Michel / Espaces libres – N°128.

- « Une Bouffée d'Ermite » - Frère Antoine – Pocket n° 10751.

- « Les Grands Initiés » - Edouard Schuré – Pocket n°2182.

« Les Evangiles Secret » - Elaine Pagels – Gallimard nrf.

- « Le Livre secret des Esséniens » - Olivier Manitara – Ed. Trédanier.

- « Un Corps sans âge, un Esprit immortel » - Dr. Deepak Chopra – J'Ai Lu / Aventure secrète – N°9142.

-"Bréviaire secret des Templiers" - Mgr Paul Sanda - Ed. Trajéctoires.

"Petite Philocalie de la Prière du coeur" - Jean Gouillard - Seuil / Points Sagesse - Sa 20.

-"Les 100 plus belles Prières du Monde" -Alfia Chafigoulina - Calmann-Lévy.

-Récits d'un Pélerin russe - Points/Sagesse n°Sa14

-Le Pélerin russe - Trois récits inédits. - Point/Sagesse n°Sa19

 

Entre Saône et canal, Auxonne (Côte d'Or). Cliché : Mai 2020.

LA  LITURGIE  DE  L’ERMITE

 

-Pour l’Ascension, où descendez-vous cette année ?

La voix est dans mon dos et je n’en discerne pas l’auteur hantant les lieux de vert et d’eau, entre Saône et canal. Je reviens sur mes pas en interrogeant du regard le cheval bourguignon, dont je viens de chasser les mouches qui lui titillaient le bord des yeux affables et globuleux. Lesquels yeux me disent que non, à l’humide brun luisant de leurs pupilles sans malice matinale ; ce n’est pas lui qui m’a parlé.

Pour l’Ascension  - cette Ascension de ce Jeudi 21 Mai – je compte monter d’un ton au diapason du chant de ma vie d’avec Dieu ; en communiant avec mes frères et mes sœurs – ermites ou non – rencontrant Dieu sans intermédiaires ; et forts de la vision du Monde nouveau où Dieu sera prié et célébré par l’Homme, en esprit, en vérité. Et dans son quotidien, dans son cadre de vie, sans participation à des cultes publics.

Ermite extraverti, je déploie mon temple intérieur dans ma chapelle entre Saône et canal. Voûtée de verts de libres teintes et le sol forestier sans traces de pas impies. C’est là que je m’en vais prier pour vous. Interpelé  par Dieu – ce, donc, avec humour – qui, pour vous et pour moi, descend ce jour de l’Ascension entre Saône et canal dans le département (21) de l’Or de la Côte.

Pour vous lecteurs, pour vous lectrices

De par ici –les autochtones-

Ou des lointains – les Francophones ;

Pour vous que ma prière agisse !

 

 _______

CONSTRUCTION DE NOTRE TEMPLE INTÉRIEUR.

 

Après un quart de sièclz d’observation des prophéties crédibles de tous les bords, il m’apparaît, qu’un jour, églises, mosquées, synagogues et temple peuvent être fermés – voire même détruits. Je souligne toutefois que les prophéties, restant conditionnelles,  doivent être appréhendées comme des hypothèses. Il est toutefois pragmatique  de considérer, qu’un jour, tous les cultes et toutes les liturgies peuvent disparaître. Alors, quel mode de Communication avec Dieu ? Les 5 citations qui suivent nous ramènent à…l’Essentiel qui est Dieu, et à l’essentiel de notre communion avec Lui sur le plan pratique.

 

I - « MAIS L’HEURE VIENT »


« 21 – Crois-moi, lui dit Jésus, l’heure vient où il ne sera plus question de cette montagne ni de Jérusalem pour adorer le Père. 22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient du peuple juif. 23 Mais l’heure vient, et elle est déjà là, où les vrais adorateurs adoreront le Père par l’Esprit et en vérité ; car le Père recherche des hommes qui l’adorent ainsi. 24 Dieu est Esprit et il faut que ceux qui l’adorent, l’adorent par l’Esprit et en vérité. » (Jean, 4, 21-24)

 

II - « L’ABOMINATION DE LA DÉSOLATION…

 

…dans le lieu saint, c’est quoi ? C’est quand un homme croit que pour se sauver, faire son salut, il doit sortir de chez lui, aller chercher son manteau, son parapluie… (…/…) L’abomination de la désolation c’est de croire qu’on n’a pas tout en soi pour faire son salut et qu’on doive recourir à des intermédiaires pas plus sauvés que soi. Le conseil est clair. Il n’y a pas à bouger. Il ne manque rien là où l’on est (…/…) C’est trouver le royaume des Cieux au-dedans de soi et non parmi nous.(…/…) Oui, c’est bien une désolation et une abomination que de courir au-dehors de soi pour trouver Dieu. » (Frère Antoine – « Une Bouffée d’Ermite » - La Table Ronde – 1992 – Page 273).

 

III - LES INTERMITENTS DE LA FOI.

 

« Les fonctionnaires de Dieu que sont les prêtres ont deux rôles. Le premier est celui d’intermédiaire entre Dieu et les êtres encombrés qui souhaitent de temps en temps une rencontre avec Lui. Les sacrements sont des instruments de cette rencontre. Leur seconde fonction, que Jésus blâme dans l’Evangile, est d’empêcher les enfants de grimper sur ses genoux pour chaparder des bisous gratuits. Qui sont ces galopins ? Ce sont les ermites de mon espèce, qui ne font pas de manières pour aller à Dieu en direct, à la barbe des intermédiaires. (…/…) Expliquons-nous : la rencontre avec Dieu peut être intermittente, ou ‘ermitante’. La première est vécue par des pratiquants encore encombrés, qui font une brèche dans leur encombrement pour rencontrer Dieu de temps à autres. La seconde rencontre ‘l’ermitante’, est destinée aux ermites dont le seul encombrement est Dieu ». (Frère Antoine – Le Paradis, c’est ici » - Presses du Châtelet – 2006 – Page 100).

 

IV - L’EUCHARISTIE

 

« Messe, sacrement, eucharistie… assiettes, cuillers, fourchettes, inventions géniales… Mais l’Inventeur n’a jamais pour autant condamné ceux qui continuent à manger avec leurs doigts et qui boivent dans le creux de leur main. (…/…) L’interprétation littérale de la Cène du Seigneur a donné l’eucharistie catholique et orthodoxe. L’interprétation symbolique a donné les différentes cènes protestantes. Les deux sont du domaine  des croyances, donc beaucoup plus sujet à discussion que de ‘métanoia’. Seul celui qui assume expérimentalement l’eucharistie en a la vraie connaissance. C’est-à-dire quand un homme se donne lui-même en nourriture, qu’il signifie réellement ce que Jésus a voulu dire. Le ‘Faites ceci en mémoire de moi’ ne signifie pas qu’il faille singer son geste à Lui de siècle en siècle, mais se donner soi-même en nourriture, c’est-à-dire pratiquer le don de soi au souvenir de Son don à Lui. Or, ce don de soi est l’équivalent de la disponibilité du wou-wei du Tao, du sûnyatâ bouddhiste, de la soumission parfaite de l’Islam. » (Frère Antoine – « Une Bouffée d’Ermite » - La Table Ronde – 1992 – Pages 258, 259-260).

 

V – LA COMMUNION SPIRITUELLE

 

« La communion spirituelle produit dans l’âme de grands fruits. Bien des âmes ont plus gagné par la communion spirituelle que par la communion sacramentelle. Mes enfants, il y a des âmes qui ont gagné par elle dix mille fois plus de mérites que par la communion sacramentelle, soit à cause de l’absence de prêtres, soit qu’elles aient été repoussées par l’autorité. Cette belle pratique de la communion spirituelle, qui est rare aujourd’hui, me dédommage du grand abandon où l’on me laisse. Les avantages sont grands, surtout si l’on cherche à divulguer cette pratique » (Jésus à Marie-Julie Jahenny, le 28 Février 1878).

 

_______

 

 

« IL EST CELUI QUI ENTEND ET VOIT TOUT »…

 

« Lorsque tu fais un pas vers Allah, il en fait dix vers toi » - cet acte de foi de l’Islam me fut cité par Hafsa (Marocaine infirmière cadre de la Région parisienne que je reçus au Clos-Morlot de Dijon). Or, paradoxalement, plus les hommes s’éloignent actuellement de Dieu, plus Il est  proche de la Terre – déjà par la Reine des Prophètes qu’Il envoie quasiment tous les jours quelque part dans le Monde. Disons que Dieu est accessible plus que jamais pour qui l’invoque. Encore l’Islam : « Au nom Dieu rien ne peut nuire à qui invoque Son Nom ; Il est Celui qui entend et voit tout ». Cette réalité nous porte à réviser nos conceptions de la prière. Certes, il existe certaines formes d’oraison dont chacun se sert plus ou moins selon sa sensibilité orante. Mais, l’essentiel, c’est Elisabeth de La Trinité qui nous le rappelle : « Tout faire sous le regard de Dieu ». Si nous l’appliquons effectivement, cela nous retient de commettre bien des fautes… Dieu n’est plus un totem que l’on encense, que l’on craint en tremblant, mais un Ami –certes particulièrement influent – qui est la personne la plus proche de nous ; dans la mesure où nous faisons tout pour ressentir sa présence. Mais, de même que nous ne nous présenterions pas vêtus de haillons devant un quelconque grand de ce monde, il est un protocole à respecter pour que Dieu nous prête attention : le respect de  Ses Commandements – le Décalogue ou « les Dix Paroles » (traduction littéral du mot proposée par André Chouraqui. « Dieu me suffit. Il n’y a de dieu que Lui. A Lui je m’en remets, Il est le Seigneur du Trône immense » (Islam). Et, si nous avons omis le respect d’un quelconque de Ses Commandements, commençons par nous présenter à Lui comme le fit le Publicain de la Parabole !

Mais, de même que pour rencontrer l’un de nos ministres en politique, nous sommes introduits par – mettons – un chef de cabinet ; nous avons souvent besoin d’un guide – ou de plusieurs guides – aptes à nous faciliter nos démarches d’approche de Dieu. Chaque religion a ses guides spirituels – fréquemment connus depuis des siècles. Le Christianisme n’est bien évidemment pas en reste dans ce domaine – peut-être est-il même le mieux pourvu en maîtres spirituels ?

Ainsi donc, pour répondre à ta question concernant d’autres moyens de se rapprocher de Dieu ; je te conseille deux livres – d’ailleurs issus de la même famille didactique, bien que séparés de plusieurs siècles :

 

1)    -« L’IMITATION DE JESUS-CHRIST » (Ed. Clovis, 261 pages, 9,50€) www.clovis-diffusion.com Longtemps attribuée à Lamenais (qui n’en a été que le traducteur) elle est de Thomas a Kempis (nom latinisé utilisé en français), Thomas von Kempen ou Thomas Hemerken (1380 ?- 24 juillet 1471 ?)  moine néerlandais du Moyen Âge. On lui doit  l'un des livres de dévotion chrétienne les plus connus, L'Imitation de Jésus-Christ. Ouvrage composé de 4 Livres regroupant 114 chapitres. A lire tous les jours de l’année ! Voici ce qu’en pensait Thérèse de Lisieux : « Depuis longtemps, je me nourrissais de la ‘pure farine’ contenue dans l’Imitation… J’en savais par cœur tous les chapitres, ce petit livre ne me quittait jamais ; en été, je le portais dans ma poche, en hiver dans mon manchon. »

2)    – « QUAND LE SEIGNEUR PARLE A CŒUR » Abbé Gaston Courtois. (Ed. Médiaspaul, 221 pages, 15€, format poche plastifié. www.mediaspaul.fr       

Je découvris cet auteur au début des années 60 avec 3 fascicules de « Cœur à Cœur avec Jésus ». L’ouvrage présent est composé de textes inédits. Comme dans l’Imitation de Kempen, le Christ parle la plupart du temps directement au lecteur…

Ces deux extraordinaires livres sont à lire toute l’année. Et quand on arrive à la fin, on recommence ! Un chapitre par jour, pour l’Imitation ; quelques pages, surtout le Vendredi, pour l’ouvrage de Gaston Courtois.

Extraits de « POUR VIVRE PLUS VIVANT »

www.nicolas-sylvain.jimdo.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

24.03 | 18:52
Ma page d'accueil a reçu 4
Vous aimez cette page