Fleur, en joue !

Canal du Rhône au Rhin, vers Saint-Symphorien-sur-Saône (Côte d'Or) Crédit photo : www.cotedor-tourisme.com

FLEUR, EN JOUE !

THE FLOWER, NOT THE RIFLE!

 

Extraits de « Fleur, en joue ! » - JePublie - Juin 2009 - ISBN 978-2-9516161-8-9 - 182 pages.

 

 

Fleur, en joue !

 

Je suis

                        un soldat de la poésie

qui part sur les chemins,

                        les routes et dans les villes,

avec, sur son épaule, un paquetage,

un paquetage de poète

                        avec de quoi écrire

                        et de quoi regarder

                        et de quoi écouter

                        et de quoi percevoir,

                        de quoi donner et recevoir.

Je suis un tacticien du verbe.

Ma boussole, c’est mon cœur,

Ma carte, les yeux de l’homme.

Je suis

                        un soldat de la poésie,

Mais un soldat nouveau

                        qui ne s’en va surtout pas pour tuer

                        et qui va même pour secourir.

Derrière moi

                        j’ai tout un état-major ;

ce sont des femmes, le plus souvent :

Je les comprends.

Je ne veux qu’elles.

Je suis un soldat

                        à la fleur et sans fusil,

à la femme et sans la flèche.

On me voit souvent marcher seul

                        sur les chemins, les routes et dans les villes.

mais, toujours,

                        devant, derrière ou quelque part,

il y a la femme.

Je ne suis pas Don Juan.

Je ne suis pas un émir,

ni un Casanova,

non :

je combats fleur au poing

et je laisse des pétales qui ne périront pas.

Remarquez que parfois

                        je manie le chardon,

                        l’ortie et le cactus ;

et la femme disparaît,

la fée devient sorcière,

ma boussole perd son cœur

                        et mon cœur perd le Nord.

Mais c’est qu’il y a danger

et qu’on allait forcer

                        le soldat de la poésie

                        à ne plus partir sur les chemins et sur les routes

                        et dans les villes.

Or je suis un soldat

                        de la poésie,

                        avec, sur l’épaule, mon paquetage ;

un paquetage de poète

                        avec de quoi écrire

                        et de quoi regarder

                        et de quoi écouter

                        et de quoi percevoir,

                        de quoi donner et recevoir.

Privez-moi de tout cela

                        et je deviens soldat tout court…

(1987)

 

The Flower, not the Rifle!

 

 

I am

                        a soldier of poetry

Which lives on the byroads,

                        the roads and in the cities

With, on his shoulder,

A kit of poet

                        with the necessary for writing

                        and the necessary for loocking

                        and the necessary for listening

                        and the necessary for perceiving

                        giving and receiving.

I am a tactician of words.

My compass, it is my heart,

My road map, the eyes of the man.

I am

                        a soldier of poetry,

But a new soldier

                        who certainly does not go away

To kill somebody

And who even

                        goes to help.

Behind me

                        I have a whole staff;

It is women, generally.

I understand them,

I want only them.

I am a soldier

                        with the flower and without the rifle,

With the woman and without arrow.

One often sees me alone walking

                        one the byroads, the roads and the cities,

But, always,

                        before, behind or somewhere,

There is a woman.

I am not a Don Juan,

Not a Casanova,

I am not an emir,

No;

I fight the flower to fist

And I leave petals which will not perish.

Notice that sometimes

                        I handle the thistle,

                        the nettle and the cactus.

And the woman disappears,

                        the fairy become witch,

My compass loses its heart,

                        and my heart loses its way.

But it is just that there is danger

And this very danger was forcing

The soldier of poetry

                        to stop living on the ways and the roads

                        and in the cities.

Howewer,

                        I am a soldier of poetry

                        with, on the shoulder, my kit,

A kit of poet

                        with the necessary for writing

                        and the necessary for looking

                        and the necessary for listening

                        andthe necessary for perceiving

                        giving and receiving.

Deprive me of all this,

And I become soldier

Immediately!

___________

 

 

Où ça ?

 

Pourquoi la poésie ?

Pour la musique,

            la concision.

Pour le message urgent,

            le peu de place qu’elle prend.

Bien sûr,

            souvent vous me dîtes :

« où peut-on lire des poésies

            qui ont les qualités que vous énumérez ? »

Que réponds-je ? :

Qu’on peut trouver des poésies

            qui ont les qualités que j’énumère

hors des librairies chics,

            des joutes bc-bg,

            des magazines de luxe,

            des vernissages guindés,

            des dédicaces rangées.

Bref :

on peut trouver des poésies qui ont les qualités que j’énumère

encore assez fréquemment

            hors des écrits de maints poètes

ayant pignon sur rue…

              

Where is it?

 

Why the poetry?

For its music,

            its concision,

For its urgent message,

            the little space it takes up.

Naturally,

You often ask me:

“Where can we read poetry

            with all the qualities you mention?”

What do I answer?

That we can find poetry

With all the qualities I mention

Away from posh bookshop,

            preppyverbal sparring

            glossy magazines

            stilted openings

            orderly dedications

            and book fairs

Regionalist and stiff,

            racist and tedious

Under Hercules’ heel on the place,

         -inexorable machine of regionalist books –

and covered in whatever honours.

Anyways:

We can find poetry with all the qualities I mention

Still quite often

            away from written works of so many

Highly respected poets.

 

Translation: Laure L’Excellent

 _______

 

 

Origine

 

J’ai touché un sillon

                        brun de terre labourée.

Il était doux et frais

                        foncé, un peu moiré,

                        humide aussi.

Sillon de terre labourée,

                        ô ! Sillon d’où je viens,

et sillon sur lequel,

                        oui, je retournerai.

J’ai arrangé mes funérailles,

                        j’ai fait la mise en scène :

mes cendres seront jetées

                        dans un bois, une forêt,

                        sur un champ comme celui-ci,

près de Saint-Jean-de-Losne,

près de Saint-Symphorien,

tout près de Maison-Dieu,

à deux pas de la Saône.

Ou dans ma forêt du pochon.

S’il y a empêchement

                        tout bois fera l’affaire,

ailleurs.

Tout champ fera l’affaire

ailleurs.

Autre part qu’à Saint-Jean-de-Losne,

                        autre part qu’à Saint-Symphorien

                        et autre part qu’à Maison-Dieu.

J’ai touché un sillon

                        brun de terre labourée.

O ! Sillon d’où je viens !

 

Février 1987 

 

Origin

 

I touched a furrow,

                        brown of plowed ground.

It was soft and fresh,

                        very velvety too.

O! Plowed dear furrow,

                        furrow from which I come,

And furrow on which, yes,

                        yes, I will pass away.

I prepared my funeral,

                        I gave my directions:

My ashes will be thrown

                        in a wood, a forest,

                        in a field like this one,

Near St-Jean-de-Losne,

Near St-Symphorien,

Close to Maison-Dieu,

And very near the Saône,

Or in my forest called Pochon.

If there is a hitch

                        any wood will be appropriate,

Elsewhere.

Any field will be appropriate,

Elsewhere.

Far from St-Jean-de-Losne,

                        and far from Maison-Dieu.

I touched a furrow

                        brown of plowed ground.

Furrow from where I com.  

___________

 

 

Croyance utile

 

Je crois en l’arbre,

                        tout seul ou avec d’autres arbres.

Je n’aime pas voir l’arbre coupé

                        qui saigne à blanc,

                        sang invisible

et toujours en silence.

Rencontrer l’arbre.

Me reposer de l’homme.

L’homme si bruyant, pas toujours très utile…

La mort d’un arbre

                        peut être source de chaleur.

Un arbre mort,

                        lui,

peut renaître dans un meuble ou dans un lit.

On peut aussi le faire mourir

                        en le faisant servir d’écrin à la dépouille de l’homme.

Là, c’est du gaspillage :

pourquoi ne pas incinérer

                        la dépouille de l’homme,

                        inutile,

et conserver le bois de l’arbre

appelé à procurer de la chaleur aux autres hommes vivants ?

Je crois en l’arbre.

J’ai besoin de sa force.

Planter un arbre est un acte de vie

                        utile entre tous les actes de vie.

Je crois en l’arbre

                        puisque je crois

en tout ce  qui se voit, se touche

                        et en ce qui persiste à être utile

même une fois abattu,

                        surtout une fois abattu.

Mystère de l’arbre utile, debout, couché

et mystère de l’homme

                        de moins en moins respectueux de l’arbre…

 

Useful belief

 

I believe in the tree,

                        all alone or with other trees.

I do not like to see cut tree

Which bleed with death,

                        invisible blood,

And always in silence.

To meet the tree,

To rest me from the man.

The so noisy man

                        not always very useful…

The death of a tree,

                        can be source of heat.

A dead tree, as for it,

Can be reborn in a piece of furniture,

Or a bed.

One can also make it die by

                        makingin be used as a coffin

                        for the skin of the man.

Hey! But this is wasting:

Why not incinerate

                        the skin of the useless man

And preserve the wood of the tree

                        to get heat to the living?

I believe in the tree.

And I need its force.

To plant a tree is an act of life,

                        useful amongst all the acts of life.

I believe in the tree

                        since I believe

In what is seen,

                        in what can be touched

And in what keeps being useful

Even once cut down,

                        especially once cut down.

Mystery of the useful tree,

                        planted, shot down

And mystery of the man

                        less and less respectful of the tree.

 

(1987)

Translation of the author, 2007

___________

 

 

Dimanche matin.

 

La nostalgie, pour moi ?

La péniche sur le canal du Rhône-au-Rhin,

            qui a battu l’eau de lait vert.

Elle va de sa force tranquille et ronronnante

            vers Maison-Dieu, Saint-Jean-de-Losne.

Et moi je marche sur l’automne

            d’un dimanche matin frais.

Petit soleil, petits nuages, dix heures et quart.

Petit bleu du ciel timide.

Gros râles de rabot des corbeaux méthodiques.

Quelle prière, la nature !

Et sans cloches, et sans quête, et sans prêche.

Dieu n’aime pas l’esbroufe et le clinquant.

L’encens doit même le faire tousser…

Il n’est pas forcément d’accord

            sur ce qu’on a fait des choses,

            des belles choses,

            de ses choses à Lui,

            de ses belles choses à Lui pour l’homme.

Elles étaient belles et pures et suffisantes

tout au début –

Les choses de Dieu pour l’homme.

Qu’en a-t-il fait 

            l’homme

Au lieu de les prendre telles qu’elles étaient ?

Il les a améliorées

            oui

            a-mé-lio-rées…

Quel désastre depuis !

Oui, Dieu doit tousser dans l’encens.

Il doit se gratter l’auréole parfois,

            jurer « par Moi, mais qu’ont-ils fait ? »

Il peut citer Georges Brassens :

« J’ai bien peur que la fin

Du monde soit bien triste ! »

Il peut citer peut-être Cavanna :

« La beauté ?

C’est simplement les choses telles qu’elles devraient être ! »

Montrée par Dieu à l’homme

La beauté venait de la terre

            pour l’homme.

Il a gâché cette beauté,

Aussi devra-t-il retourner à la terre,

L’homme,

Pour renaître à la beauté,

à l’unique beauté –

Et celle-là, plus belle encore… 

Samerey, Côte d’Or.

Automne1987

 

 

Sunday Morning.

 

Nostalgia, you said?

A barge on the Rhone-Rhine canal,

                        beating the milky-green waters.

It floats away, purring quiet

                        towardsMaison-Dieu, Saint-Jean-de-Losne.

And I’m walking in the autumn

Little sun, little clouds, quarter past ten.

Bright blue of the sky.

Loud groans from a crowd of crows.

 

What a prayer, nature!

With no bells, no collection, no sermon.

God is not fond of bluff and the flossy.

Incense shall even make Him sick…

He may not agree

                        with what we did with the things,

                        the beautiful things,

                        his own things,

                        his beautiful own things for man.

They were beautiful, pure and sufficient

- at the very beginning –

The things of God for man.

What did he with them

                        the man

Instead of taking them as they were?

He ameliorated them

                        yes

                        a-me-lio-ra-ted…

What a disaster since!

Yes, God may feel sick with incense.

He might scratch His halo,

                        swearing “what the hell did they do?”

He could quote Georges Brassens:

I do fear that the end

Of the world will be sad!”

He could even quote Cavanna:

“Beauty?

It is the way things ought to be!”

Showed by God to man

Beauty came from the earth

                        for man.

He has spoiled this beauty,

So he shall go back to the earth,

The man,

To find beauty again,

     - the final beauty –

And that one, still more beautiful…

Samerey, Côte d’Or – Autumn 1987

Translation : Laure l’Excellent – 2007.

 

__________

 

Marie des mariniers.

 

Notre-Dame de Saint-Jean-de-Losne

Marie des mariniers –

Qu’après l’apocalypse écologique

plus que probable si nous ne nous convertissons -

Nous retrouvions des vies d’autres niveaux !

Nous reprenions le temps de vivre !

Nous renaissions avec ce qui nous restera de la terre et de l’eau !

Pour un usage tranquille de l’essentiel ;

Pour une sagesse de la lenteur ;

Pour un travail sans pollution ;

Des énergies renouvelables

            et toutes les technologies propres !

Marie de mariniers

Que nous apprenions à marcher

            au loin des routes et autoroutes désertifiées

            par disparition du pétrole !

Que nous réapprenions les voies fluviales

            sur des péniches tournant au tournesol !

Pour un usage tranquille de l’essentiel ;

Pour une sagesse de la lenteur ;

Pour un travail sans pollution.

Notre-Dame de Saint-Jean-de-Losne,

Marie des mariniers !

Saint-Jean-de-Losne (Côte d’Or)

Octobre 1994

Maria of the Bargees

 

Our Lady of Saint-Jean-de-Losne

Maria of the bargees –

After the ecological apocalypse

highly probable if we do not convert *-

May we find again live of an another level!

May we find again time to live!

May we be born again with what will be left earth and waters!

For a peaceful use of the essentials;

For a wisdom of slowness;

For work without pollution;

Renewable energies

            and all clean technologies!

Maria of the bargees

May we learn to walk

            far from the road and motorways turned into a desert

            because of oil disappearance!

May we learn again to use our river ways

            onbargees running with sunflower oil!

For a peaceful use of the essentials;

For a wisdom of slowness;

For a work without pollution.

Our Lady of Saint-Jean-de-Losne,

Maria of the bargees!

*convert: means radical change of mentality, behaviour, way of thinking and living – and certainly not adhesion to questionable and mechanical religious practices.

Translation : Laure l’Excellent.

   

Haro sur le falloir !

 

Je n’aime pas ce qui est sonné ;

les cloches qui sonnent, la messe qui sonne.

Notez qu’avant le grand saccage de l’Eglise catholique

-la furie vaticandeuse –

les cloches d’alors sonnaient pour de vraies messes

et d’authentiques

            Kyrie eleison !

Je n’aime pas ce qui est forcé.

Faut prier Dieu, faut dire bonjour.

Il faut bien vivre et bien mourir !

Ah ! Que de « faut » avant la faux de la Camarde !

A bas les « faut ! ».

Je suis un anti-fautiste.

Je veux un Dieu sans « faut ! » et sans sa faux.

Je veux un jour sans « faut ! »

enfin quoi un jour bon.

Je ne veux être à la merci

            que du bon silence.

Quant à vivre

            pourquoi me faudrait-il m’y forcer ?

Je sais très bien faire ça tout seul !

Quant à « faut bien mourir ! ».

D’accord, d’accord,

            mais« faisez » donc !

            mais passez donc,

            tiens : je vous cède mon tour !

D’ailleurs écoutons un peu :

            ce qui sonne, sonne souvent faux.

Ce qu’il faut sonner, sonne encore plus souvent plus faux.

Mais de là à dire qu’il faut vraiment du faux,

ce n’est pas viscéralement indispensable…

Alors s’il faut à tout prix sonner le faux :

sonnez-le en sourdine !

Notez bien toutefois que

            je n’ai jamais dit que le dimanche matin

            on sonnait pour un faux dieu.

Non !

Dieu existe, après tout,

et Il est sonné avec de vraies cloches en tout cas.

Ce sont les pratiquants qui sonnent trop souvent faux.

Mais qui donc leur avait demandé de sonner ?

Personne.

Pourtant ils sonnent, sonnent et re-sonnent

            avec leurs belles voitures,

            avec leurs belles fourrures,

            avec leurs belles allures.

Ils sonnent même de la quête,

            surtout de la quête.

Ah ! Vous êtes déçus

            vous m’attendiez au tournant,

            vous attendiez que j’écrive :

« Faut pas d’voitures, faut pas d’fourrures, faut pas d’allures

            et faut pas d’quête ! »

En disant cela j’aurais fauté.

Or, je suis logique :

je n’aime pas ce qui sonné,

et en plus je n’aime pas ce qui est fauté.

Vous êtes d’accord avec moi :

faut ce qu’il faut !

Canal de Samerey (Côte d’Or)

Printemps 1987

 

__________

 

 

Iéshoua ‘

 

Le temps de la foi aveugle est passé, et nous arrivons à l’époque

de la foi intelligente et de l’obéissance raisonnable,

le temps où nous ne croirons  plus seulement en Dieu,

mais où nous le verrons dans ses œuvres,

qui sont les formes extérieures de son être. 

(Abbé Alphonse-Louis Constant

alias Eliphas Lévy - Paris, 1810-1875)

 

Iéshoua’ – dont l’existence n’est plus à mettre en doute, après toutes les recherches, toutes les découvertes, toutes les controverses menées par des historiens, des chercheurs de tous les bords, des archéologues, des scientifiques impartiaux de très haut  niveau – considérant la désolation des Eglises institutionnelles concurrentes qui, se réclamant de Vous, persistent à occulter Votre véritable Message et retardent ainsi Votre règne de conscience et d’amour - je crois qu’initialement  Vous êtes présent partout dans la création du Grand Architecte de l’Université dont Vous êtes le très digne Fils. Vous êtes présent partout dans la création pour celui qui Vous cherche et qui Vous invoque. Je crois également que manger Votre corps et boire Votre sang, c’est encore et surtout vivre en actes les paroles que Vous nous avez laissées. Je crois qu’à Votre exemple nous devons nous donner à tous nos frères, avec discernement. Je crois également que les véritables ermites, éloignés de tout lieu de culte, vivaient en Votre présence et communiaient  souvent - sinon tout le temps – directement à Votre souffle. Je Vous aime plus que tout autre maître et je désire mieux Vous connaître pour avoir enfin accès à Votre véritable message, encore occulté par les Eglises de mercenaires. Initiez-moi et venez en mon âme afin que je m’unisse à Vous. Et ne permettez pas que je me sépare un jour de Vous !

 

 

Ieshoua’

 

The time of blind faith is over, and we are entering

an era of intelligent faith and reasonable obedience, the time when we will not only believe in God, but where we will see Him in His works,

which are the external expressions of His being.

Abbot Alphonse-Louis Constant

alias EliphasLévy (Paris, 1810-1875)

 

Ieshoua’ – whose existence is not to be doubted any more, after all the searching, all the findings, all the controversies led by some historians, researchers from all sides, archaeologists, impartial high-level scientists  - considering the desolation of rival institutional Churches which, calling on You, persist in occulting Your real message and thus hindering Your reign of awareness and love - I believe that initially You are present everywhere in the Creation of the Great Architect of the Universe of which You are the worthy Son. You are present everywhere in the Creation for whoever would  search for You and invoke You. I also believe that eating Your body and drinking Your blood is still and above all living in acts the words that You left us. I believe that just like You, we shall give ourselves to all our brothers. I also believe that real hermits, far from any place of worship, lived in Your presence and were often united, if not always, directly to Your breath. Il love You more than any other master, and I would like to know You better in order to finally access to Your real message, still occulted by some Churches of mercenaries. Please initiate me and come to my soul so that I can unite with You. And don’t let me separatefrom You!

 

___________

 

Le Passant

 

Longtemps je me suis demandé : mais enfin pourquoi l’homme est-il porté à toujours regretté le passé – même ci ce passé fut lesté de peines plus ou moins lourdes ? Lorsque nous observons nos souvenirs, il nous semble que n’importe quel temps passé fut meilleur que celui que nous vivons aujourd’hui. Ets-ce immaturité ? Est-ce, au pire, le penchant du chien retournant à son vomi ? En parallèle, des maîtres spirituels – les maîtres spirituels car notre époque regorge de gourous de toutes les fréquences – nous clament à s’éclater la glotte  que le passé est révolu, que nous n’avons plus rien à faire avec lui, que se le rappeler est même carrément morbide… Ils portent le présent aux nues, ne jurent que par l’instant que l’on vit ici et maintenant. Alors les hommes qui  se mettent à réfléchir sur la question se retrouvent perplexes, encore plus déboussolés qu’avant leur prise de méditation – au point de vouloir être à demain pour ne plus se casser la tête aujourd’hui. Vive les maîtres spirituels de l’an 2008 !

Je me rends compte de ce que tous ces maîtres à penser mal à la place des autres n’ont pas entrevu les deux lignes suivantes :

I – Le temps n’est pas circulaire, n’est pas une sphère, n’est pas non plus cloisonné ; mais il n’est qu’une seule ligne sans aucune transition, sans aucune couture, sans aucune interruption entre le passé, le présent et l’avenir. Je propose, pour illustrer ma conviction, l’image du promeneur le long d’un canal. Je suis ce promeneur. Je passe devant l’écluse 32, à ma gauche le canal retient une eau limpide, stagnante – sauf en cas de mouvements d’écluse. Je poursuis mon chemin. J’arrive à l’écluse 33. Le canal retient toujours une eau limpide, stagnante – sauf en cas de mouvements d’écluse. Cette eau de l’écluse 33 est la même que celle de l’écluse 32. Je poursuis toujours mon chemin. Parvenu entre l’écluse 33 et l’écluse 34, je regarde le canal sur ma gauche. Le canal retient toujours la même eau limpide, stagnante – sauf en cas de mouvements d’écluse. L’eau est toujours la même. L’eau reste. Ce n’est que moi qui passe… Le temps est donc ce canal – immuable, éternel – et moi je passe le long du temps. Ce n’est pas le temps qui passe, mais c’est moi qui passe le long du temps. Ah ! C’est merveilleux ; quel soulagement ! Je ne m’époumonerai plus les méninges à vouloir témérairement cogiter sur un faux problème. Si donc le temps est linéaire sans aucune transition, sans aucune couture ; qu’est-ce qui m’interdit – quel pseudo-maître m’interdit – de regretter le moment où je passais devant l’écluse 32 ou entre les écluses 33 et 34 ? Et cette question introduit le second point de ma réflexion : si donc l’eau de l’écluse 32 est la même que celle de l’écluse 33 et la même que celle rencontrée entre les écluses 33 et 34 : pourquoi regretter ce passage devant l’écluse 32 ?

 

II – Tout simplement parce que, en fait, je ne regrette pas l’eau de l’écluse 32 – puisqu’elle est la même que celle que je rencontre actuellement poursuivant ma promenade le long du canal – mais c’est l’état d’esprit dans lequel je me trouvais lorsque je passais devant cette écluse 32… Nous regrettons telle époque en souvenir de l’état d’esprit dans lequel nous nous trouvions. Nous étions confiants, curieux de ce que nous nommions « l’avenir », nous étions remplis de projets, de grandes, de belles idées. Nous étions neufs, innocents comme les enfants dont parle Ieshoua’ dans son Evangile. Nous ne regrettons en fait jamais l’ancien temps, mais ce que nous étions à cette époque. Ce n’est pas le temps que nous regrettons, mais c’est nous que nous regrettons – tels que nous étions à telle ou telle phase de notre vie. Nous disons regretter « le passé » car nous regrettons ce que nous étions. Nous voulons fuir ce que nous sommes devenus. Nous nous sommes perdus de vue, à telle ou telle étape du chemin, et nous voudrions tant nous retrouver ! Or, puisque le temps est linéaire et ne fait pas de différence entre passé, présent et futur ; pourquoi condamner ce que nous appelons « passé » et nous interdire d’envisager ce que nous appelons « futur » ? Une preuve que le temps est linéaire : les voyants, les médiums qui peuvent voir ce que fut le passé d’un consultant et ce que sera son futur… Passé, présent et futur sont comme une artère qui coule le long du corps : le sang est le même dans les doigts de pieds comme dans le cerveau et comme dans l’estomac. Alors pourquoi me culpabiliser si je veux songer aux phases de vie que j’ai rencontrées voici dix, vingt ou trente ans ? Pourquoi me laisser troubler si je veux manger les mêmes plats, écouter les mêmes musiques, lire les mêmes livres que durant mon adolescence ? Mais enfin, qui cela peut-il déranger ? Cela ne dérange que ceux qui nous ont appris que le temps passe, qu’il y a un passé, un présent et un futur. Cela dérange surtout ceux qui sont payés pour enseigner cette philosophie – surtout ceux qui sont payés pour l’enseigner car ils en vivent.

Heureusement la Science – et globalement tous les pouvoirs insoupçonnés de l’homme – nous offrent les moyens, depuis ce que nous appelons « présent » d’entrevoir ce que nous appelons « avenir ». Des inventions nous permettent d’écouter des chanteurs et des écrivains qui sont passés dans l’autre dimension depuis longtemps. Hier soir j’écoutais Jim Morrison (Les Doors). Ce soir j’écoute Tim Buckley, ce qu’il chantait en 1966 et 1967 et que j’écoutai pour la première fois en 1973. Je possède deux CD d’interviews de Georges Simenon. Nous sommes en 2008 et j’entends la voix de Simenon enregistrée voici quelques décennies… Et, surtout – comme entrevu plus haut – les vrais médiums et les vrais voyants nous avertissent de ce qui va nous arriver. Mais je tiens à souligner, à insister lourdement : les « vrais » médiums, les vrais « voyants ». Et face à la véritable voyance, quel est le libre-arbitre de l’homme ? Cette question je l’ai posée au vrai voyant, au vrai médium que j’ai rencontré en 1991 : Daniel Sanner, de Quétigny en Côte d’Or. Il m’a donné la réponse suivante : le libre-arbitre ? Tu prends le TGV pour aller de Dijon à Paris (il s’agit d’un TGV qui ne s’arrête pas entre Dijon et Paris). Durant le voyage, tu peux aller aux toilettes, tu peux aller au bar, tu peux changer de wagon s’il y a des places libres, mais tu prends le TGV pour aller de Dijon à Paris. Tu ne peux pas descendre du train en marche : tu prends le TGV pour aller de Dijon à Paris !...

L’homme est un passant le long du temps qui n’a ni commencement ni fin. Le temps ne passe pas. Il est l’éternité. L’homme passe le long du temps, évolue sans cesse et change de dimension. Ainsi donc, ni le temps ni l’homme n’ont une fin…

  

The Passer-by.

For a long time I asked myself: but why, in fact, is Man always led to regret the Past – even if that Past was burdened with lesser or greater troubles? When we observe our memories, it seems to us that no matter which time past was better than the one we live today. Is it immaturity? Is it, at worst, the habit of the dog going back to inspect its vomit? In parallel, spiritual leaders – spiritual leaders, as our era is brimming over with Gurus of all frequencies – are bursting themselves with protestations to us that the Past is over, that we have nothing more to do with it, that even thinking about it is plain morbid. They praise the Present to the skies, swear only by the instant we are living here and now. So that men who begin to reflect upon the matter find themselves perplexed, even more dumbfounded than before starting their meditation – to the point of wanting to be already tomorrow to no longer have to bother themselves with today… Long live the spiritual leaders of the year 2008!

I realize that all those leaders thinking bad things on behalf of others have not noticed the couple of lines following:

I – Time is not circular, is not sphere, not is it walled in; it is just one line without any transition, without any seam, without any interruption between the Past, the Present and the Future. I propose, to illustrate this conviction, the image of the walker along the canal. I am that walker. I pass by lock gate 32; on my left the canal holds back water that is limpid and stagnant, except during the movement of the locks. I walk on. I arrived at lock 33. The canal still holds back water limpid and stagnant, except during the movement of the locks. This water at lock 33 is the same water as at lock 32. I still walk on. Arrived between lock 33 and lock 34, I look at the water on my left. The canal still holds back the same limpid, stagnant water, except during the movement of the locks. The water is just the same. The water stays. It’s just me who passes by… Time is thus this canal – immovable, eternal – and I am passing by Time. It is not Time that passes by, but me passing through Time. Ah! It’s marvelous: what a relief! I will no longer rack my brains, wanting rashly to cogitate upon a false problem. If therefore Time is linear without any transition, without any seam; what forbids me – which so-called leader forbids me – to regret the moment when I was passing by lock 32 or between locks 33 and 34? And this question introduces the second point of my  reflection: if therefore, the water at lock 32 is the same as that at lock 33 and the same as that encountered between locks 33 and 34, why regret passing by lock 32?

 

II – Quite simply because, in fact, I do not regret the water of lock 32 – since it is the same water I encounter now, continuing my walk along the canal – but it is the state of mind in which I was, passing by that lock 32… We regret such a moment in memory of the state of mind in which we were. We were confident, curious about what we called “The Future”, we were full of projects, grand, beautiful ideas. We were new, innocent like children spoken of by Ieshoua’ in his scripture. We never in fact regret Time past, but what we were at that moment. It is not Time that we regret, but us that we regret – such as we were at one or other phase of our life. We say we regret “The Past” for we regret what we were. We want to escape what we have become. We have lost sight of ourselves, at one other stage along the way, and we would so much like to find ourselves again! Well, since Time is linear and does not make a difference between Past, Present and Future, why condemn what we call “past” and forbid ourselves to envisage what we call “future”? A proof that Time is linear: clairvoyants, mediums who can see what the past of a person consulting them and what will be that person’s future… Past, Present and Future are like an artery running the length of the body: the blood is the same in the toes as in the brain, as in the stomach. So why blame myself if I want to dream about the phases of Life I encountered ten, twenty or thirty years ago? Why let myself be upset if I want to eat the same dishes, listen to the same music, read the same books as during my adolescence? And, in fact, who can be worried by this? It only worries those who have taught us that Time passes, that there is a Past, a Present and a Future. It worries above all those who are paid to teach this philosophy – above all those who are paid to teach it, since they live off it.

Fortunately, Science – and globally all the unsuspected abilities of Man – offer us the means, from what we call “present” to look into what we call “future”. Inventions allow us to listen to singers passed into the next dimension a long time ago. Yesterday evening, I was listening to Jim Morrison (The Doors). This evening I am listening to Tim Buckley, what he was singing in 1966 and 1967 and that I heard for the first time in 1973. I have two CDs of interviews with Georges Simenon. We are in 2008 and I hear the voice of Simenon taped some decades ago. And above all, above all – as noted previously – real mediums and real clairvoyants warn us about what is going to happen to us. But I have to underline, to insist heavily on this: “real” mediums, “real” clairvoyants. And faced with genuine clairvoyance, what is the free will of Man? I asked this question of the real clairvoyant, the real medium I met in 1991: Daniel Sanner, from Quetigny in Côte d’Or. He gave me the following reply. (Free will? You take the TGV to go from Dijon to Paris(it’s a TGV that does not stop between Dijon and Paris). During the journey, you can go to the toilet, you can go the bar, you can sit in another car if there are free seats, but you are taking the TGV to go from Dijon to Paris. You cannot get off the moving train: you are taking the to go from Dijon to Paris!”…

Man is a passer-by along Time that has neither beginning nor end. Time does no pass by. It is Eternity. Man passes by Time, evolves incessantly and changes dimension. So therefore neither Time nor Man has an end… 

Translated by Laure l’Excellent. 

www.nicolas-sylvain.jimdo.com

www.albert-marie.be

Le long du canal de Bourgogne sur Saint-Jean-de-Losne. Crédit photo : www.cotedor-tourisme.com

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123website.be
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

24.03 | 18:52
Ma page d'accueil a reçu 4
Vous aimez cette page